Sa Bai Jia Bei cousue et qui a accompagné ses premiers mois

La Bai Jia Bei, c’est la création de la couverture unique dédiée à notre petit. Je l’ai résumée dans cette rubrique .
Le projet de rassembler des coupons de tout horizon a égrainé notre attente vers notre fils. Cent proches ou personnes, sensibilisés à notre histoire, émus de la suivre, nous ont envoyé un morceau de leurs espoirs, de leur attente à travers un coupon de tissus. Il ont choisi ce symbole pour nous dire le plus souvent ce que l’on peut résumer par cette phrase : « On vous entoure, on est là, restez patients, votre bébé va arriver ».
J’ai donc envie de dire un Grand Merci car ces petites cartes reçues très régulièrement depuis 2013 ont été très importantes pour moi. Comme le jeu des 12 mois organisé lors des mariages, elles ont apporté de façon inopinée, sourires et/ou larmes tant les message étaient touchants.
Les associations de coupons ont demandé des heures de réflexion et c’est ensuite notre amie Marie qui a faufilé chaque fils, cousu ce lien unique entre les pièces de tissus, pour mettre en scène cette création.

Nous l’avons utilisée à l’arrivée du petit chaton, durant les mois d’hiver. Depuis qu’il se déplace, les objets au sol sont vite devenus obsolètes. La Bai Jia Bei a pour nous une place particulière. Elle a été imaginée de la taille d’un dessus de lit enfant ce qui va lui assurer une autre utilisation dans les mois à venir.
A l’aide de support (doudou ou album photo offert à la pouponnière et à la maternité) , je parle régulièrement de son début de vie à notre petit chaton. Dans quelques mois je lui conterais la genèse de sa petite couverture et beaucoup plus tard il aura accès aux mots qui lui ont été écrits alors que personne n’avait encore fait sa connaissance.

Parure de mariée en argent martelé pour Caroline

Mon amie Caroline nous a conviés à son mariage religieux cet été. L’année dernière j’avais créé ses bijoux pour son mariage civil http://pour2grainesetdesbijoux.blogspot.fr/2016/05/parure-de-mariee-fleur-de-feuilles.html. C’était un grand moment d’émotion d’autant qu’elle m’a de nouveau choisie pour créer sa parure de bijoux de mariée.
Nous sommes parties de son envie d’utiliser dans son collier et ses boucles d’oreille, des gouttes pendantes qu’elle possédait déjà. Partir d’elles pour trouver ses bijoux à Elle. 
La matière noble utilisée est l’argent qui se décline notamment (pour les ronds et les perles) sur un aspect martelé effet diamanté. J’ai associé des swaroskis rondes et blanches pour faire écho à sa légère robe toute en dentelle. Je recherchais dans la pointe du collier le rappel du visuel des boucles d’oreille. Il y avait aussi un bracelet reprenant les mêmes éléments. 
J’ai eu une semi carte blanche pour la réalisation et j’ai attendu avec confiance l’intuition.
Photographe Lyon Adeline Melliez

Ce mariage nous a aussi fait verser des larmes de bonheur puisque le petit chaton a été présenté à mes amies qui vivent aux quatre coins de la France. Elles ont attendu longtemps ma maternité, que ce soit à chaque FIV ou lors du parcours d’adoption. Elles m’ont énormément soutenue à chaque étape, quand les jours étaient mauvais ou quand les semaines devenaient longues. La Bai Jia Bei, c’était leur merveilleuse idée. Du coup, tenir mon petit amour à bout de bras et les voir le découvrir et nous découvrir en tant que famille c’était « frissonnant de bonheur »!

Bai Jia Bei … et 100

Et voici les derniers coupons!

L’aventure bai jia bei a quasi duré 3 ans à recevoir vos petits mots de réconfort , de projection sur l’avenir avec notre enfant . Nous avons réceptionné le 100 ième coupon hier et depuis ce matin je les redimensionne. Merci pour votre participation a cette création symbolique qui a égrainé l’attente .


Pour certains qui n’ont pas eu le temps ou qui n’ont pas réussi a se projeter vers ce bébé encore inconnu pour tous , on espère vous annoncer au premier trimestre 2016 son arrivée.


Edit de 19h : Apparemment nous avons des coupons retardataires après clôture, donc on est sur 103 coupons.

La rétro et l’actu de l’aventure Bai Jia Bei, c’est ici.

Bai Jia Bei : Les coupons de mi 2015

Les derniers coupons mettent à l’honneur notre goût pour les voyages, notre côté aventurier avec des morceaux de pays que nous avons visités : La Réunion, La Nouvelle Calédonie et d’autres que nous ferons peut être : le Japon, la Guyane, des îles antillaises. 
Vous vous penchez sur le futur berceau de notre bébé en lui adressant des vœux de bonheur, de chance, en lui souhaitant de vivre dans un monde libre et tolérant. Ces mots sont si primordiaux! 

Nous avons reçu ce qui a entouré vos bébés, un morceau d’écharpe de portage, un bavoir qui a permis de se projeter vers un enfant attendu, et des draps dans lesquels ils se sont endormis.

Nous avons des étoiles dans les yeux et un sourire intérieur comme l’ont dessiné deux petits garçons au dos de leur carte. Nous nous préparons tout doucement à l’arrivée de notre enfant . Cette attente ne nous ai pas encore interminable, loin de là. La maison n’est pas prête, la chambre n’est pas installée, mais quelques achats de puériculture ont commencé. J’ai mis à contribution les futurs grands parents, qui, après avoir donné une partie de leurs tabliers, sont allés acheter un porte bébé.
Comme le temps s’est un peu accéléré du côté de l’adoption, je pense que nous allons débuter l’assemblage de la Bai Jia Bei durant les vacances de Noël. Nous espérons rencontrer notre enfant d’ici un an …

Pour voir la totalité des coupons, l »onglet « Le tissage de notre Bai Jia Bei » vous informe des détails techniques et du décompte.

Bai Jia Bei : Les coupons de la fin d’année 2014

Les couleurs de l’automne, l’orange et le vert foncé, se sont invitées dans notre Bai Jia Bei. Elle suit régulièrement les saisons.
On retrouve des champignons, des feuilles, une forêt, des chouettes. A travers les illustrations jeunesse, même quand le chat est présent, les souris dansent.
L’Afrique imprègne de nouveau notre couverture à travers des tissus ramenés du Sénégal. Ils ont été offerts à des couples qui, comme nous, étaient en attente d’enfant. 
Vos petits carrés sont les gardiens de moments fort de famille à l’aube (un peu lointaine il est vrai) de la création de la nôtre : naissance, mariage, fête des mères, premiers essais en couture de petites filles épaulées par le regard de leurs mamans ponctuent vos tissus.

Pour voir la totalité des coupons, l’onglet « Le Tissage de notre Bai Jia Bei » vous informe de l’actualité du dernier semestre. 

Le déploiement progressif de mes ailes de future maman

Au début, l’arrivée d’un bébé me rendait euphorique.

Je me rappelle lorsque le premier fils de mon frère est né, de suite, j’ai sauté dans ma voiture, direction la maternité, photo du bébé imprimé dans mon portefeuille pour le rencontrer. Je suis restée plusieurs heures à le regarder, folle d’amour pour lui.
Puis, l’espoir de devenir maman s’est amoindrit au fur et à mesure que notre temps en PMA augmentait. Pour me protéger, vu que rien n’était sûr pour nous, j’ai réduit mon élan vers ce rêve de maternité. Je crois que notre projet de famille était trop obscur, incertain, pour que je puisse me laisser aller dans mes émotions, dans mes gestes avec les bébés et les enfants.
Cette carapace s’est fissurée il y a deux ans bientôt.

Amélie avait 9 mois, sa maman m’avait timidement demandé de la garder pour aller faire du ski. C’était l’heure de la sieste mais elle pleurait beaucoup. J’ai essayé la technique pour la rassurer « Papa et maman sont sortis cet après midi, ils sont revenir, je suis avec toi et il faut faire un gros dodo ». Une fois, deux fois, trois fois (j’attendais plusieurs minutes ), rien … J’ai donc décidé de la prendre dans mes bras et de la bercer pour la calmer. Après les sanglots passés, j’ai senti sa petite tête s’alourdir sur moi et elle s’est endormie. Je me suis dit que si elle avait pu se relâcher (ok, elle était fatiguée), c’est aussi parce qu’elle me faisait confiance. Cela a provoqué un déclic. Mon désir de maternité qui hibernait, s’est réveillé.

A son contact et avec la place qui nous a été laissée auprès d’elle par ses parents, nos amis, un lien d’attachement fort s’est créé. Elle m’a fait grandir, a contribué à déployer mes ailes de future maman. J’ai joué avec elle aux jeux d’éveil, de premier âge. Je lui ai chanté de petites comptines, maintenant, le lui lis les histoires de Tchoupi avant qu’elle ne s’endorme. Je lui ai donné des biberons, des purées de légumes. Y’a que sur la question du change que je reste encore novice mais mon apprentissage (je le dis en rigolant) a débuté.

Au cours de l’agrément, j’ai compris qu’on deviendrait sûrement parent, Cela m’a libérée du poids d’une vie sans enfant que j’ai pu craindre.

Aujourd’hui, je me sens prête à devenir maman à mon tour. Chaque contact avec des enfants en bas âge me le fait ressentir, j’ai hâte. Ma Bai Jia Bei en est à sa moitié tout comme je l’espère notre démarche d’adoption.

Au groupe de parole entre adoptants, j’ai un peu eu l’impression d’être une extraterrestre en évoquant que depuis quelques mois je stockais dans mon garage, des affaires de puériculture données par nos proches. Pour la plupart des couples, c’était peut être trop tôt. Moi, j’aime me dire que je construis par petites touches notre avenir à 3 tout en vivant heureux notre présent à 2.

Bai Jia Bei : Les coupons du printemps et de l’été 2014

Nous avons récolté 38 coupons en tout et 13 sont arrivés depuis le début de l’année.

Après Noël où même les chats dansent, le printemps est arrivé fleuri. Des fleurs des années 70 aux années 2010, pour un symbole de bien être, de renouveau. Un petit oiseau sur une branche apparaît au milieu de tissus rouges, roses et violines (et pourtant personne ne s’est concerté). Un peu fébrile, il est le signe du long parcours de l’adoption et de celui avec embûches de la parentalité.

C’est touchant de lire ces mots  plein d’amour, destinés à notre futur enfant, alors qu’il n’est pas encore né.
C’est aussi touchant d’avoir des coupons d’anciennes Pmettes qui se retrouvent dans l’esprit du blog et confient de précieux témoignages de leur parcours.
Merci beaucoup pour Lui ou pour Elle.
Y’a pas à dire, les tissus dernièrement reçus sont sans équivoque girly. On a même des paillettes! 

Sur le bandeau de présentation du blog,  vous pouvez trouver dans l’onglet « Le tissage de notre Bai Jia Bei », la totalité des coupons et les informations techniques.

Le petit changement du blog

Passé peut être inaperçu pour la plupart d’entre vous…
J’ai changé mon texte de présentation du blog depuis la semaine dernière…
Cette année 2013 nous a fait prendre un tournant dans notre projet de parentalité. Un poids est tombé, une peur s’est enlevée. La PMA qui a été source d’espoir mais aussi de tristesse et de déception, nous la laissons sur le côté de notre route … Voici donc le nouveau message…
Le début reste :
« Concevoir des bijoux c’est facile, mais un bébé c’est plus compliqué. Notre vie de trentenaires est heureuse mais notre désir d’enfant ne s’est pas concrétisé.
Puis dès la troisième phrase, le sens change.
« Nous attendons un bébé par l’adoption, après avoir cheminé par la PMA »
Evidemment, le coeur du blog demeure
« Vous trouverez ici mes émotions liées à notre parcours mais aussi ma créativité à travers mes bijoux »
Avec une petite nouveauté :
« et peut être mes futurs talents de couturière puisque nous tissons une Bai Jia Bei pour l’arrivée de notre enfant. Rencontre espérée en 2017″

Notre récolte de coupons (on en a 22 , 3 se sont ajoutés depuis la prise de cette photo )

En cette Nouvelle Année, j’ai porté un toast

Chez nous, le nouvel an est un moment très important, c’est LE repas de famille avec mes cousins, cousines, tontons, taties autour de ma mamie de plus de 80 ans. On ouvre nos cadeaux de Noël au fur et à mesure par ordre d’âge. On se retrouve entre 25 et 30 pour un repas composé de 2 entrées, 2 plats, fromage et bûche. Enfin, cette année on a limité ma mamie, du coup, j’ai attendu tout le repas le foie gras habituel, jamais arrivé, déception!
2014 est pleine d’espoir pour nous. Nous croyons à l’arrivée d’un bébé par le biais de l’adoption et nous avons voulu le dire à nos proches de façon un peu solennelle.

« Porter un toast » dans un repas c’est faire « ding ding ding » avec sa fourchette sur son verre ce qui signifie, j’ai une annonce à vous faire ». Enfin, je n’avais pas envie non plus qu’ils se fassent des idées (non, je ne suis pas enceinte).
Pour avoir toute l’attention, un de mes tontons a repris « Monoï a quelque chose à nous dire ».
Et voilà mon petit discours qui s’est vite embué de larmes :

« Ne vous emballez pas, nous n’avons pas de scoop pour une information imminente, c’est pas de suite qu’on va être parents mais on n’a jamais été aussi prêts de le devenir ».
« Nous pensons que notre agrément dans le cadre de l’adoption pourrait arriver d’ici le printemps 2014 »
J’ai entendu des « On est content pour vous »
« On a demandé à accueillir un bébé, ils ont souvent entre 3 et 6 mois mais notre agrément est demandé pour un enfant entre 0 et 3 ans »
« On a l’espoir que ça se fasse d’ici 3 ou 4 ans »
J’ai entendu des « Ha oui mais pourquoi c’est si long, il y a beaucoup d’enfants qui vivent des situations de misère pourtant ou qui sont placés »
« On est ouvert sur tout en terme d’apparence physique. Il pourra être blanc, noir, chocolat, un peu typé maghrébin »
J’ai entendu  » Ce sera votre enfant et cela n’a pas d’importance »
« On a précisé que s’il avait une problématique de santé on avait demandé à ce qu’elle soit légère sans conséquence sur son autonomie ».
J’ai entendu « Il viendra d’où, vous vous orientez vers quel pays? »
On a donc répondu « Pour le moment on ne se lance pas dans l’adoption internationale mais notre avis peut changer, on ne sait pas. Notre plus forte chance de ce qu’on en a compris est d’adopter un bébé pupille de l’état c’est à dire né en France lors d’un accouchement sous « x »
« Actuellement vu notre profil, la géopolitique ne nous est pas favorable pour une adoption à l’étranger et après un parcours PMA qui a été difficile, on a peur de m’essouffler, voir de s’épuiser. On a envie de profiter, de voyager tout en réfléchissant à notre façon de devenir parents »
Ma mamie a dit : « Tu sais pour toi c’est long 3 ou 4 ans mais pour moi tu n’imagines même pas »
En off et dans ma tête : « Oh que si j’imagine… et depuis longtemps, j’ai eu le temps d’y penser maintes fois qu’à l’aube de ses 90 ans, je n’étais pas sûre qu’elle le voit notre petit »
Mais encore avec le sourire, même si j’avais les larmes aux yeux, je lui ai répondu qu’elle pouvait laisser une trace, un message à ce bébé. Je l’adore ma mamie….
J’ai entendu « Mais si mamie ils le savent mais il ne peuvent pas faire différemment ».
Finalement, en pleurant, j’ai sorti le carnet de la Bei Jia Bei avec ses cartes scrappées et puis les coupons et je leur ai parlé du projet, de notre couverture unique et des mots qu’ils adresseraient par cet intermédiaire à nous, à notre bébé qui deviendra un enfant puis un adulte qui fera partie de leur famille.
Je crois que les recherches de tissus significatifs pour eux ont commencé à émerger. Du côté des garçons : Heu on peut mettre un vieux jean qu’on aime bien, une partie de mon vieux pantalon de chasse? Du côté des filles : « Il faut qu’il ait un peu d’histoire ce tissu? Il y a une couleur particulière, une matière? C’est un par couple ou on peut faire un de chaque côté? »
On a répondu « Vous faites ce que vous voulez, ce qui vous parle, ce tissus il vient de vous, de votre coeur. L’adoption c’est le métissage tout comme cette couverture »
La Bei Jia Bei du coup est aussi avec les tissus des « anciens », un tissage entre les générations, un symbole d’amour, d’amitié, de soutien reçus depuis des années et qui restera gravé pour toujours.

La petite robe et le coupon de Madagascar

Je viens de lire sur la blogosphère un article sur les petits grigris de Pmettes cachés dans la table de chevet et ça m’a inspirée.
Il y a deux ans, après le demie coup de massue énoncé par un professeur du CHU quant à nos possibilités de procréation, j’ai fait la razzia dans mon armoire. Exit quasiment toutes les affaires de bébé données par les amies et stockées depuis des années, leur vision me donnait le cafard.
Cependant, il y a une chose que j’ai gardée … Dans mon armoire de chambre, se trouve depuis 5 ans et demie, une petite robe de Madagascar, taille 2 ans, en smocks et broderies. J’avais voulu l’acheter lors de notre voyage de noces dans l’hémisphère sud, notre projet d’enfant débutant. C’était le temps de l’insouciance, j’avais « visé large » en me disant d’ici 3 à 4 ans, avec une chance sur deux, on pourrait l’utiliser
Mais comme objet positif et porteur, je collectionne dans un tiroir, celui de mon bureau, les coupons pour la couverture de notre futur enfant, ma bai jai bei, en cours de construction. Parmi ces tissus, se trouve aussi un bout d’un mouchoir brodé provenant de cette île, offert par une amie auquel s’est ajouté récemment un madras (de France par contre).
La petite robe fait écho au passé, à une certaine insouciance de jeunes mariés, les coupons eux nous projettent en tant que que futurs parents, lucides vers leur avenir. Cet avenir avec un enfant semble de nouveau possible et ouvert par l’adoption. Nous voyons 2014 comme l’année de notre agrément. Les entretiens avec les service du Conseil Général se poursuivent …
PS : j’ai voulu faire une photo de la petite Robe Bleue et je ne la retrouve plus… J’ai dû la cacher elle aussi…